Fermer

Nos idées séjours groupes

Pour une journée, un week-end ou pour quelques jours, laissez-vous tenter par nos séjours sur le thème du terroir, du patrimoine et de la randonnée, ou découvrez nos propositions de visites guidées. Pour les scolaires, nous organisons également des sorties pédagogiques. Pour un séjour à la carte, notre service réservation reste à votre disposition par téléphone au 04 73 89 15 90 ou par mail à production@issoire-tourisme.com

5
résultats
Affinez votre recherche

Type de clientèle

Nos idées séjours groupes

Visite du village d'Usson

ISSOIRE

  • Un panorama exceptionnel : visite de 2h00. Visible de loin, perché sur un piton volcanique, Usson domine le paysage. Cette position privilégiée justifie l’existence de ce qui fut la plus imposante forteresse auvergnate. C’est en 1982 que Usson obtenu le label « Plus Beaux Villages de France ».
  • Il est possible que dès la période celte, un site fortifié exista. Au 15ème siècle, Usson dominé par un donjon possède trois enceintes successives. De toutes ses fortifications détruites en 1653 sur ordre de Richelieu, il ne reste que des éléments épars que vous pourrez découvrir, comme une tour, une porte avec sa bretèche ou des éléments de remploi, comme des encadrements de baies. Tous les édifices sont construits avec des blocs polyédriques provenant des orgues basaltiques surplombant le village. Tout au long de la visite, vous serez guidé par les panneaux du « circuit de la salamandre », emblème de François 1er, dont la petite fille Marguerite de Valois, dite la reine Margot, première épouse d’Henri IV, fut prisonnière à Usson pendant 19 ans. Au sommet du village, au dessus de la Porte de France, l’église mi-romane mi-gothique, renferme un intéressant mobilier que vous pourrez découvrir après avoir franchi la ganivelle. Une très rare Crucifixion, peinte sur bois par Deutsch, peintre suisse de la Renaissance, y côtoie entre autre une copie de la Vierge en Majesté du 12ème siècle. En sortant de l’église, en allant tout droit vous pouvez accéder aux orgues basaltiques, ou par le chemin de gauche, vous rendre au sommet de la butte, au pied de la Vierge monumentale où une table d’orientation vous attend. Tarifs en téléchargement.

Visite du village de Saint-Floret

ISSOIRE

  • Entre légendes et histoire: visite de 2h00.
  • Le plateau du Chastel fut investi dès le 1er millénaire avant Jésus Christ pour son intérêt défensif. L’église de Chastel perpétue ce premier habitat. Après le transfert du château dans la vallée, le sanctuaire n’en reste pas délaissé pour autant, les seigneurs y conservant leurs sépultures. Dans la chapelle de la Vierge, une peinture murale présente un des seigneurs à la vierge, avec sa famille, par son saint patron Jean Baptiste. Fut découvert au sud de l’église un ensemble de tombes rupestres anthropomorphes datant du Haut Moyen-Âge. Un ossuaire domine le cimetière. Au point de passage de la rivière, le château occupe un étroit éperon de confluence sur la rive gauche de la rivière dénommée Couze Pavin. Le principal vestige est le donjon philippien du 13ème siècle élevé au sommet de l’éperon. Le rocher lui-même fut retaillé pour accentuer la mise en défense. Dans la seconde moitié du siècle, un corps de logis à fonction résidentielle est construit en contrebas du rocher. Ce logis quadrangulaire superpose deux vastes salles voûtées d’ogives largement éclairées. Par une porte s’ouvrant sous un arc brisé, on accède à « l’aula », vaste salle d’apparat dotée de huit baies, couverte d’une remarquable voûte d’ogives à douze quartiers rayonnants. Son décor se répartit entre la sculpture des culots supportant les nervures et les peintures réalisées au 14ème siècle représentant le roman de Tristan et Iseult. La paroi nord illustre le combat de Branor le Brun, chevalier de la table ronde et du terrible Karados. En paroi sud, c’est la « scène du verger », lieu du célèbre rendez-vous de Tristan et Iseult près du château du roi Marc. A la fin du Moyen-âge un quartier se développe entre rivière et rocher autour de la chapelle castrale, actuelle église paroissiale reconstruite au 19ème siècle. Le tracé d’une enceinte se repère encore, en grande partie formée de l’alignement des maisons accolées les unes aux autres. Tarifs en téléchargement.

À la découverte de la ville d'Issoire

ISSOIRE

  • La ville d'Issoire fait partie des Plus Beaux Détours de France.
  • L’ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE Joyau de l’Art Roman Auvergnat, elle est la plus vaste église romane de Basse-Auvergne et est admirée pour l’élégance de son chevet, sa polychromie intérieure et la qualité de ses sculptures. Découvrez l’histoire du monastère de Saint-Austremoine, de son architecture et de son décor. Durée : 1h30 LA CITÉ D’ISSOIRE Après avoir visité l’Abbatiale Saint-Austremoine qui constitue le point d’ancrage de la ville, vous découvrirez la riche histoire médiévale et Renaissance de cette cité. La place de la République, lieu emblématique d’Issoire, est entourée d’hôtels particuliers aux façades colorées. Elle est surmontée de la Tour de l’Horloge, et a vu les épisodes les plus tragiques des guerres de religions en Auvergne. Durée : 2h00 Tarifs en téléchargement.

Visite du village de Montpeyroux

ISSOIRE

  • Un village perché : visite de 2h Montpeyroux, le mont pierreux, porte bien son nom, il est devenu « Plus Beaux Villages de France » en 1989. Surplombant la Limagne à l’ouest et la vallée de l’Allier à l’est, ce promontoire de grés blond appelé arkose servit de carrière pendant des siècles pour édifier les villages et bourgs aux alentours, en particulier les édifices les plus prestigieux que sont les églises comme l’abbatiale d’Issoire. Cette activité assura la subsistance d’une grande partie de la population pendant des siècles. La dernière carrière, que l’on découvre juste à coté de l’espace culturel, a fermé vers 1935
  • A partir du 18ème et surtout du 19ème siècle, Montpeyroux participe à l’essor de la viticulture. L’arrivée tardive du phylloxéra dans la région permit de résister au déclin viticole français. A la même époque, le chemin de fer reliant l’Auvergne à Paris permit d‘écouler la production. Malheureusement dès 1896, la maladie ruina le vignoble. La Grande Guerre porta le coup fatal en décimant la population et en empêchant la replantation. Ne subsistent plus aujourd’hui, comme témoins de cette période faste, que de grandes maisons bourgeoises ostentatoires construites à la périphérie du village. A l’inverse, au centre de celui-ci vous découvrirez les petites maisons vigneronnes typiques de la région avec leur cuvage et leur estre. Aujourd’hui, la viticulture renaît grâce à des producteurs passionnés qui replantent les ceps. L’un deux propose d’ailleurs sa production dans le village Les fortifications de Montpeyroux s’inscrivent dans l’histoire de l’Auvergne. Au 13ème siècle, le donjon qui surmonte encore le village est érigé. De plan circulaire, d’une hauteur de 30 mètres, et avec des murs d’une épaisseur de 4 mètres à la base, il est toujours le plus important donjon de type philippien de la région. La porte fortifiée du village datant du 15ème siècle, fait partie d’une enceinte dont de nombreux vestiges sont encore repérables. Au détour des ruelles, vous découvrirez ces éléments de réemploi décorant les habitations comme des linteaux, encadrements de baies, clés d’arc ou pierres gravées d’une date, et qui servent de décor à une visite pleine de charme et d’évocation du passé. Tarifs en téléchargement.

Visite du village de Sauxillanges

ISSOIRE

  • La fille aînée de Cluny : visite de 2h00.
  • Guillaume le Pieux, Duc d’Aquitaine et Comte d’Auvergne possédait le domaine de Celsinius, qui deviendra Sauxillanges, il y fonda un monastère affilié à Cluny. Ceint de remparts, celui-ci devient un point de ralliement pour une population qui se rassemble au faubourg du Marchidial, lui-même fortifié. A partir du 13ème siècle, le monastère à son apogée comprenait l’abbatiale Saint Pierre, le grand cloître, les bâtiments conventuels, la chapelle du Prieur attenant à un second cloître. Même si peu d’éléments subsistent, une observation attentive de Sauxillanges permet de retrouver cette organisation. La place centrale du bourg représente toute l’emprise du monastère, en forme de quadrilatère. Les différents bâtiments qui la bordent perpétuent l’emplacement des anciens bâtiments monastiques, granges, hostellerie, écuries, infirmerie. L’abbatiale disparue se dressait sur le coté sud de la place actuelle. Une ruelle conduit aujourd’hui à l’ancien cloître, désormais propriété privée. La Maison du Patrimoine, ancienne chapelle du Prieur, propose au public en période estivale, la visite de la Chapelle, une maquette et un diaporama de l’Abbaye de Sauxillanges ainsi que des expositions d’art et d’artisanat. L'église paroissiale Notre Dame comporte un intéressant mobilier, statues en bois doré, panneau peint du 16ème siècle et peinture murale du 15ème. La place du Marchidial conserve un bel ensemble de façades du 16ème siècle, traité dans un esprit Renaissance. Par la rue des fossés nord, vous suivez le tracé des anciens remparts de la ville. Au sud du bourg, entre jardins et anciens vergers, un système de biefs ou béals, dérivait l’eau de la rivière l’Eau-Mère, pour irriguer et approvisionner en force motrice les moulins et tout un quartier d’artisans, filateurs, tisserands, ferblantiers, qui ont fait la richesse du bourg au 18ème siècle. Tarifs en téléchargement.

5 résultat(s)

Office de tourisme du Pays d'Issoire

9 place Saint Paul - 63500 ISSOIRE

A proximité de l'Abbatiale Saint-Austremoine

+33 (0)4 73 89 15 90

Horaires d'ouverture du 1er octobre au 31 décembre 2017

Du lundi au samedi de 10h à 12h30 et de 14:30 à 17h30